Alors que le candidat républicain Donald Trump continue ses frasques vocales en quête de suffrages, un artiste américain, Spencer Tunick, décide de réagir, conscient que voter ne suffira pas à exprimer son mécontentement face aux propos outranciers du candidat à la présidence des USA. Ainsi, découvrez le dernier projet de cet artiste engagé, qui voit le corps nu comme matière première de son engagement et de sa créativité.

Le corps nu : la meilleure arme de protestation

Avec une carrière artistique qui débute en 1992, Spencer Tunick a su au fil des années rassembler plusieurs milliers de personnes acceptant de se dénuder, pour la bonne cause qui plus est ! En effet, se mettre à nu a toujours eu le mérite d’attirer l’œil, et de remuer les consciences. Tel est l’objectif de l’artiste, qui a pu au cours de sa carrière prendre position sur les questions du réchauffement planétaire, les perturbations climatiques, la guerre, ou encore le sexisme.

L’artiste utilise la photographie pour garder trace de ses actions, mais ce n’est pas cette dernière en elle-même qu’il considère comme son œuvre principale. En effet, pour lui, c’est l’installation des corps nus dans un milieu précis qui définit son travail. Ainsi, ses clichés, ne sont que des traces de ses actions, vestiges  d’un moment unique, ou l’art a opéré.

Les dessous du projet

Afin de bien cerner le dernier projet de l’ « installateur de nus », il faut remonter quelques semaines plus tôt lorsque le candidat à la présidence américaine Donald Trump n’a cessé d’additionner les propos sexistes et autres maladresses orales (très assumées cela dit). Il a alors fait un appel à volontariat pour protester contre le candidat républicain, en visant uniquement une participation féminine. Ce sont ainsi près de 2000 femmes qui se sont portées volontaires. 100 de ces personnes ont alors été convoquées, pour se dénuder à Cleveland, non loin d’une convention républicaine, et arborer au niveau du visage un miroir circulaire, reflétant le monde qui les entoure.

Une action symbolique forte, qui met en lumière l’importance du respect à accorder aux femmes, trop souvent réduites à leurs atours physiques ou à leur potentiel de vote. La femme réfléchit, et avec classe s’il vous plaît : une poésie visuelle d’un nouveau genre, qui ne manque pas de nous charmer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>